top of page

FESTIVALS D'AVIGNON (IN ET OFF) 2024

visuel charabiart3_edited_edited.jpg

Festival d’Avignon : du 29 juin au 21 juillet

 

« Je vois le Festival d’Avignon comme une parenthèse enchantée où on vient se nourrir, d’une façon parfois fiévreuse, d’idées, d’images, de sons, de gestes, pour le reste de l’année. » Tiago Rodrigues

Le directeur du Festival d’Avignon adapte la tragédie d’Euripide, mêlée à un récit du réel, avec les actrices et acteurs de la Comédie Française. Hécube, pas Hécube ?

Tiago Rodriguès : Le spectacle s’appelle « Hécube, pas Hécube » parce qu’il y a des fragments de la tragédie d’Euripide, mais c’est « pas Hécube » parce que c’est aussi l’histoire d’une comédienne qui dans sa vie traverse un drame, celui d’avoir porté plainte pour son enfant autiste dans une maison d’accueil de l’État, tandis qu’en traversant ce processus juridique elle traverse le processus d’une tragédie, Hécube, d’Euripide. Dans la même journée, elle est donc « Hécube » sur la scène mais « pas Hécube » hors la scène. Mais elle est aussi quand même un peu « Hécube » hors la scène parce que la demande de justice d’Hécube d’Euripide pour son enfant assassiné, va inspirer cette comédienne pendant ces journées hors la salle de répétition. Elle est doublement inspirée, par Euripide dans sa vie en demandant justice pour son enfant, et par son drame personnel quand elle joue sur scène. C’est sur ces allers et retours entre la fiction et la réalité que vit une comédienne dont nous parlons dans la pièce. ​​

 

Festival OFF : du 3 au 21 juillet (certains théâtres à partir du 29 juin)

 

1600 spectacles. On ne pourra pas tout voir, on le sait. C’est comme ça, chaque année. Il faut se faire une raison. Il y a pourtant, et heureusement, des Scènes incontournables qui d’année en année profilent des programmations aux petits oignons, qu’on visitera de pleins pieds, au hasard ou pas.

Parmi elles : le Transversal (tout, pour le goût et l’accueil), l’Entrepôt (pour la singularité et pour Oissila), les Doms (pour l’esprit belge), la Manufacture, le 11 et le Train Bleu (pour les productions léchées et -parfois- osées même si pléthoriques), et puis les Scènes d’Avignon : Halles,  Carmes (Angèle, Thelma Louise et nous, entre autres…), Chêne Noir (reprise des Chatouilles par la queen Andrea Bescond, Balcon et Chien qui Fume (pour le good job). Et encore laScierie (David Lafore en duo boum boum, immanquable), le Golovine, les Rotondes (pour la lutte, nécessaire et pas finale), Arthéphile (pour les surprises), le Petit Louvre (pour Lettres à un ami allemand), l’Utopia (pour son cinéma indispensable)… Et puis aussi les Hivernales (pour la danse, mais attention ça joue court, une dizaine de jours), le Totem (pour les minots). Et puis encore, même si pas dans le Off : la Collection Lambert et Miss.Tic au Palais des Papes ! Il faut se faire une raison… c’est déjà trop sans doute. Mais ça fait rêver !

bottom of page